Non classé

BISTRO RACINE

2 choses m’auront particulièrement impressionné mardi soir pour cette première (et non dernière) visite au Bistro Racine… 

. Tout d’abord le calme olympien du chef tout au long de la soirée, seul en cuisine, alors que 30 convives arrivés en moins d’1 heure, semblaient avoir tous pris la même décision ce soir-là : ce sera entrée-plat-dessert sinon rien !

. Ensuite la simplicité du dessert : une glace vanille tournée minute accompagnée de chocolat chaud (ou caramel, c’est selon) dont l’onctuosité et la légèreté seront finalement et tout simplement à l’image de l’ensemble du dîner… excellent !

C’est donc aussi pour ça qu’il faut parfois sortir de notre capitale (du moins pour celles et ceux qui y habitent 🙂 … pour aller découvrir d’autres artisants et passionnés du goût, de la cuisine et du bon produit. Situé à Braine-le-château à 2 pas de l’ancienne gare (et du pont de Wauthier Braine), gare transformée depuis en un parking bien pratique d’ailleurs, Bistro Racine fût une très  belle découverte. D’ailleurs le guide Gault&Millau dans son édition 2016 signalait déjà que cette adresse était le coup de cœur, la découverte de l’année en Wallonie.

En donnant priorité aux produits du marché, cette cuisine bistronimique vous propose le choix entre 4 entrées, 4 plats et 4 desserts. Lors de notre visite, la viande était particulièrement la star de la soirée. Mais pour débuter et après avoir lu qques critiques à son sujet, « l’oeuf 63° escabèche d’artichauts et dés de cecina (charcuterie espagnole à base de porc) huile d’olive nous permettra de découvrir un mélange de jolies et subtiles saveurs. Ensuite ce n’est pas tellement l’ingrédient du plat qui perso m’intéressait mais bien le fait que celui-ci allait subir une cuisson « au mibrasa » ! Qu’est-ce donc ? Et bien renseignements pris, le Mibrasa est un charbon végétal d’excellente qualité ayant la particularité de réduire la durée de cuisson des aliments. Le tout dans un four adapté à ce mode de cuisson. Il a donc fallu choisir entre une entrecôte Irlandaise Hereford ou une pièce de porc ibérique, ce qui fut notre choix… Résultat : un vrai délice tant la viande était à la fois forte en goût et se coupait « comme dans du beurre ». Les asperges AAA grillées simplement ainsi qu’une purée de petits pois aux agrumes accompagnèrent parfaitement cette excellente adresse. 

Pour terminer sij’avais un petit bémol, l’endroit est un peu bruyant mais on s’y fait tant la qualité de l’assiette (et du service) font oublier le volume sonore. Bref une adresse de qualité qui, selon les propos d’un des 2 boss, ne court nullement vers l’étoile. Pourtant ils la mériteraient… mais sans doute que l’appellation bistro est à leur yeux bien plus importante ! 

http://www.bistroracine.be

Publicités

AMARONE

C’est sans doute la 1ère fois que cela m’arrive, à savoir réserver un Resto sans me rendre compte au préalable que l’adresse choisie est un étoilé Michelin ! Mais bon, on ne fête pas tous les jours les 45 ans de sa douce moitié, qui plus est, à Rotterdam… une ville où finalement je m’y suis rendu avec bcp de plaisir  à 3 reprises en moins de 2 mois. A faire et à refaire !

Mais revenons en non pas à nos moutons mais bien à nos papilles gustatives, car à 65€ minimum le menu par personne, il était essentiel que celles-ci se régalent ! Et bien ce fut le cas ! Dès les mignardises et voyant arriver tout d’abord ce minuscule croissant, nous nous sommes dit que le moment allait être goûtu ! Et en effet les 3 heures qui suivirent cette mini brioche fourrée au foie gras ne nous ont pas contredit.  

Meli melo d’asperges vertes-homard-morille, consommé de faisan-raviole de foie gras, fines tranches de cerf juste accompagnées de chou rouge avant un dessert légèrement trop épicé à mon goût mais rempli de saveurs néanmoins, tout cela fut une pure merveille.

Pour accompagner le tout, la carte des vins était sans doute l’une des plus importantes du quartier voir de la ville tant les appellations, régions et pays, y étaient parfaitement représentés, mais notre choix fut finalement assez classique : rouge légèrement frais des pays de la Loire, nous ne voulions pas en effet de l’accord mets et vins. 

Le service fut souriant, attentionné et polyglotte… ce fut un réel bonheur de découvrir cette adresse où tout au long de la soirée, nous avons eu également le plaisir de voir tout le professionalisme et le sérieux des chefs en cuisine… ouverte sur la salle. 

Un moment gastronomique à la hauteur de l’événement que nous fêtions, bref une soirée parfaitement réussie… en attendant la prochaine ! 

Photos : DR

LE COQ EN PÂTE 

Il ne m’est pas souvent arrivé d’envier l’assiette de mon voisin, de ma voisine dans ce cas-ci. Et pourtant cela m’est arrivé y a 2 jours à peine au Coq en pâte, un resto bien connu des habitants de Woluwé St Lambert. Je m’y étais déjà rendu une seule fois il y a de nombreuses années mais mon souvenir n’était pas aussi positif que cette fois-ci. 

Cette jalousie gustative concernait un Vitello tonnato de filet pur veau. Il était présenté en toute finesse comme un dessert digne de Pierre Hermé. Perso mon tacos de thon rouge était bon, classique. 

Légèreté oblige vu le nombre de restos cette semaine, j’ai choisi ensuite les saint Jacques, céleri rave et truffes. Belle présentation comme un peu la photo ci-dessous. Mes compagnons de tablée avaient préféré le ris de veau et morille cuit au creuset risotto tartufata, excellent semble-t-il et sans doute un peu plus light que la friture de gambas et calmars fritto misto. 

C’était full, l’adresse semble être une valeur sûre dans le quartier. Seul petit bémol peut-être, prendre 5 secondes de plus pour expliquer ce que l’on vient de recevoir comme zakouskis… ça n’a jamais tué personne. Mais sinon un excellent rapport qualité prix. 

http://www.lecoqenpate.be

Photo : dr

LES ENFANTS DU PIREE

Voici sans doute un bel exemple d’une célèbre adresse uccloise qui n’a cessé de renouveler son intérieur dans l’unique but de nous démontrer que… les enfants du pirée sont toujours bel et bien là !

C’est donc comme souvent, après un concert à Forest National, que l’envie de gambas grillées suivies d’une côte à l’os grillée… à la rôtissoire s’est faite sentir. Et chose amusante, il me semble que ce choix culinaire fut le même lors de mes précédentes visites. Conclusion : c’est une valeur sûre. Il est vrai que je ne suis pas nécessairement grand amateur du mézé en entrée, mon choix se portera plutôt sur une friture d’éperlands ou sinon plus classique, scampis ou encore calamars. 

Si vous n’appréciez pas une excellente côte à l’os, alors il vous suffira de choisir entre une daurade, une brochette de poulet, des côtes d’agneau ou plus classique compte tenu des origines des patrons, la célèbre moussaka !

La Grèce propose d’excellents flacons aussi bien blancs que rouges mais nous l’avons joué cette fois-ci « post-concert »… donc à la chope !

Point de dessert à l’issue de cette sympathique soirée mais c’est certain, j’y retournerai encore bientôt entre potes. 

http://www.piree.be

Photo : dr

APPEL THAÏ

Mais quelle belle idée que celle d’ouvrir un thaï au nord de Bruxelles ! Pq me direz-vous? Et bien tout d’abord car ceux-ci se comptent sur les doigts d’une main et qu’ensuite le Noï situé à Linkebeek (pas vraiment au nord) était sans doute jusqu’à présent le réflexe classique. 

A présent ce réflexe risque d’être un peu différent puisque pour celles et ceux qui connaissent déjà le célèbre Appelboom rue du pommier à Anderlecht, et bien il leur suffira de marcher qques mètres de plus afin de découvrir cette nouvelle adresse thaï, des plus accueillantes et lumineuses. Pour les autres, à votre gps. 

L’accueil et le service y sont charmants, le décor assez moderne ne propose pas cette habituelle kyrielle de statues, toiles et autres objets de déco. Ces quelques éléments peuvent d’ores et déjà expliquer le succès de cette nouvelle adresse car sachez le, tant pour un déjeuner que pour le dîner, si vous ne réservez pas, n’espérez pas trouver une table facilement. Et des tables il y en a pourtant quelques-unes tant à intérieur qu’en terrasse. 

Mais bien entendu la cuisine y est également pour quelque chose. Assortiment d’entrées du chef (un classique) suivi d’une fricassée de scampis et de calmars  la crème de curry jaune, les saveurs étaient au rdv même si la texture du curry aurait pu être plus lisse pour moi. Mais de toute manière, de nombreuses autres préparations me faisaient de l’œil, raison pour laquelle je n’hésiterai pas à y retourner, et cette fois-ci je l’espère en terrasse. 

Autre élément non négligeable, qui rendrait jaloux des centaines de restos présents en ville… le parking prévu pour une trentaine de voitures certainement !!! 

Appelboom… Appel Thaï… 2 belles adresses complémentaires qui valent la peine d’être (re)testées rapidement. 

CHEZ GINETTE !

Avant toute chose et pour rencontrer Dame Ginette, il vous faudra entrer l’adresse dans votre gps. Car je ne sais pas vous, mais moi… Houtain-le-Val, on m’aurait annoncé que c’était à 2 pas de Dinant ou encore de Bastogne (ok peut-être pas Kapelle-op-den-Bos) et bien je n’y aurais vu que du feu. 

Et bien que nenni ! Ce très joli village se situe tout simplement à quelques enjambées de Nivelles ou encore de Genappe, bref à une petite demi-heure de la capitale. 

Bip Gourmand 2013, cet estaminet/brasserie a tout… d’un estaminet/brasserie !

Boiseries, miroirs, plaques publicitaires en étain, promiscuité sans que cela ne soit dérangeant… cette adresse ne semble nullement avoir besoin de faire de pub tant c’était vollenbak jeudi dernier. Et très vite, on me confirme que c’est comme ça tous les jours de la semaine et du we (l’endroit ferme juste le samedi midi!)

Alors que vous y alliez en famille, entre amis voir même pour le boulot, une chose est certaine, il y en a pour tous les goûts et les quantités sont loin d’être chiche(s) voyez plutôt. Alors que je venais de terminer une très belle et bonne assiette d’asperges sauce mousseline et saumon fumé, il m’est arrivé un de ces stuc de petit os… du genre Pumbaa dans le Roi lion. J’ai même cru que c’était pour 2 personnes. 

Pas du tout! Et puis il faut tout manger me fait très gentimement remarquer la serveuse. Un certain temps ou un temps certain plus tard, c’est selon, mission accomplie, ok j’ai fait l’impasse sur les frites je l’avoue. 

Face à moi, my friend Bob savourait des rognons sauce réalisée à base de Leffe, cela semblait lui goûter également.

Pour accompagner tout cela, un excellent vin blanc dont le nom m’échappe. Et puis en lieu et place d’un dessert, comment ne pas déguster une bière Ginette ! Rien de tel pour refaire le monde n’est-ce pas my friend?

Bref si vous êtes dans les parages, un petit détour par Houtain… Ah qu’elle était chouette… Ginette. 

http://www.chezginette.be

COLONEL

« Je vais au numéro 24 rue Jean Stas et je propose… Le Colonel et le filet pur Aubrac »

Cette formule ne vous rappelle rien? Moi en tout cas ce Colonel, indépendamment du fait qu’on en ait beaucoup parlé ces derniers mois à Bruxelles, et bien ce Colonel c’est certain j’y retournerai ! Parole d’un non amateur de viande, moi je vous le dis. 

Car c’est bel et bien de bidoche dont on parle ici chers Amis. Et pas n’importe laquelle ! Salers, Aubrac, Charolais du Bourbonnais, Normande, Limousine, Blonde d’Aquitaine, Rubia Gallega, US Black Angus, Simmental, Wagyu… Pour un non amateur comme moi, le choix est simple (plat à la carte !) Mais pour celles et ceux qui sont plutôt full carnivores… Alors là, bon amusement car bien entendu, il y a aussi les semaines de maturation qui rentrent en compte.

Ou alors, c’est le budget qui vous aidera. 2 solutions : un choix à la carte dont la fourchette de prix pour un plat se situe entre 18€ pour un américain préparé et 32€ pour un filet pur Aubrac (ça a été mon choix) Ou alors et c’est ici que les vrais amateurs de viande se reconnaîtront, direction le comptoir de la boucherie située à l’entrée du resto et là semble-t-il le Saint Graal… Du choix et quel choix !! Comptez néanmoins 80€ le kilo minimum selon la race et le nombre de semaines de maturation.

Mais honnêtement moi qui ne mange pas souvent de viande (non pas par principe) et bien j’ai trouvé ça top ! De plus ce filet d’Aubrac était accompagné d’Artichauts poivrade, cromesqui de foie gras, jus réduit à l’Armagnac. Pas de frites par contre sauf si comme moi vous craquez pour une petite portion en supplément. 

Je vous dirais même qu’en observant les mets servis aux autres tables, une seconde visite ne suffira certainement pour découvrir tout cela ! 

Et puis il y a aussi le décor, semblable à certains restos de NY. De larges baies vitrées, une belle luminosité, de très belles boiseries, des fauteuils ou une banquette tout confort, des luminaires comme on en voudrait chez soi, classe mais en toute simplicité. Et puis ces verres à eau, le seul objet que j’ai photographié… Je veux les mêmes !

Qui aurait cru qu’une telle adresse carnivore deviendrait l’un de mes coups de cœur en cette année 2016? Mais finalement n’est-ce pas ça la magie de l’assiette, le plaisir d’un beau et bon moment culinaire ?

http://www.colonelbrussels.com

LE PETIT BOXEUR

Il est des restos qui à l’heure actuelle du centre ville Bruxellois, portent bien leur nom ! 

Car en effet Dieu seul sait à quel point le combat actuel, celui qui consiste à accueillir à nouveau des centaines de touristes, des dizaines d’hommes d’affaires… Voir même refuser du monde car les 3-4 prochains soirs sont déjà complets… Ce combat là, Le Petit Boxeur tout comme ses centaines de voisins restaurateurs, il faudra qu’il le gagne ! En tout cas c’est tout ce qu’on peut lui souhaiter.

Car ce petit Boxeur mérite qu’on s’y attarde un instant. Malgré le fait que je n’y suis passé qu’un midi pour un seul et unique plat, j’y ai découvert un endroit accueillant, pur jus mixant le bois, quelques miroirs, ainsi que des objets dégotés sans doute à quelques pas de là.

La carte y est finalement classique… Cuisine belge agrémentée de quelques plats du sud… un sud proche ou lointain c’est selon. Le filet de bar rôti au four, au fenouil et gingembre n’a pas déçu. Par contre je ne pourrai pas vous en dire plus sur la carte des vins… Eau pet obligé ! 

Bref si le piétonnier ne vous irrite pas, sachez que le Petit Boxeur se situe approximativement entre la Bourse et Les Halles st Géry et se fera une joie de vous accueillir car finalement si nous Bruxellois ne posons pas un acte fort aujourd’hui à  l’attention de nos restos (et autres commerces)… Ce sont des centaines de belles et bonnes adresses qui risquent de disparaître en peu de temps et cela… Ce serait donner raison à des gens qui n’en valent pas la peine. 

http://www.lepetitboxeur.be

  

AU TROTTHUS

Dites-moi… qui ne connaît pas Riquewhir ? Ce petit village Alsacien, faut-il encore le préciser, tellement visité tout au long de l’année que ses habitants en deviennent parfois un peu lassés. Néanmoins, ce n’est pas la trentaine voir la quarantaine de restaurateurs présents sur place qui s’en plaindront ! Mais faut-il encore découvrir la perle rare… Et bien c’est chose faite depuis quelques jours !!!!

Au Trotthus… Un double lieu… Sushi bar au -1 et bistro-gastro au rez-de-chaussée. Bien évidement la déco, l’accueil, l’espace font toujours partie des critères… Mais cette fois-ci parlons du chef avant tout et de sa cuisine !

Philippe Aubron… Faire la fermeture en compagnie du chef vous permet souvent de vous faire une idée très précise du lieu mais surtout de la sincérité de celui-ci. C’est donc la solution que nous avons privilégiée !

Le chef?  Parlons-en justement. Breton d’origine, ayant travaillé en Australie, dans les Caraïbes mais surtout… une expérience de 17 ans au Japon ! Sa charmante épouse d’ailleurs est aux petits soins pour les clients.

En résumé… Au Trotthus est à l’image de son patron : généreux, savoureux, franc, honnête… 

32, 42 ou encore 58€, le choix des menus est à la fois simple mais efficace. Pour une première, le dernier nous semblait le plus adéquat pour mesurer le travail de Mister Aubron ! 

Et au final? Une seule et unique frustration, celle en effet de ne pas pouvoir y retourner tout prochainement !!!!!! Quel bonheur en effet de pouvoir découvrir après, près de 20 ans de visites alsaciennes, de nouvelles saveurs. Voyez plutôt…

. Carpaccio de coquilles Saint-Jacques mariné au soy sauce, wakamé, gelée de yuzu, crème de wasabi

. Escargots petits gris en tempura, royale de persil plat, émulsion de potimarron au lard fumé, chips d’ail

. Ravioli de homard, bouillon au dashi et yuzu, tempura de poireaux au nori

. Filet de bœuf charolais juste rôti, sauce poivrade, endives et choux rouge en fricassée émulsion de céleri aux cèpes

. Espuma de clémentines et yuzu, écorce de clémentine au chocolat noir, sablé Breton

J’approche doucement de la centaine d’adresses testées, découvertes (avec bonheur parfois moins) en Alsace mais sincèrement celle-ci fait partie sans aucune hésitation de mon top 10 !! Alors si vous vous rendez prochainement dans cette magnifique région… Poussez la porte du Trotthus et déconnectez un peu, beaucoup, à la folie…

http://www.trotthus.com

  

MENTHE & SAFRAN

NY… Le triangle des Bermudes… Et encore bien d’autres recoins du monde avant d’atterrir finalement à Bruxelles pour une raison simple, la qualité de son enseignement pour leurs 6 enfants. Voici comment les patrons de cette récente  adresse proche du Cirque Royal nous ont expliqué leur présence en Belgique depuis plusieurs années.

Les enfants volant à présent de leurs propres ailes, ce couple charmant originaire de Tanger, avait simplement l’envie d’ouvrir une adresse 100% familiale où les mets proposés sont préparés dans le respect des aliments, respect qu’on attend d’un Resto… Normalement. 

Mais ici pas d’inquiétude, une seule visite a suffit pour nous donner l’envie d’y revenir. Le menu du jour facturé au doux prix de 16€ proposait un potage suivi d’une assiette de crudités et d’une tajine de poulet aux olives, accompagné de riz. D’autres tables avaient préféré semble-t-il une pastilla de poulet, elle semblait en effet alléchante. Quant au couscous… uniquement le vendredi, logique quand on connaît les temps de cuisson et la préparation des ingrédients au préalable. 

Point d’alcool à l’horizon, des soft, de l’eau, des jus de fruits frais ou bien entendu un classique thé à la menthe. 

Bref encore une bonne adresse dans le quartier de mon boulot… Les conseils de mon équipe à l’égard de cette nouvelle adresse étaient une fois encore judicieux. 

http://www.menthesafran.be – photo : dr